Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Qualité de vie / Tourisme / Office du Tourisme / Découvrir / Bienvenue à BLC / Histoire de la Cité

Histoire de la Cité

Découvrez l'histoire de la Ville de Braine-le-Comte.

Historique – Les dates clés

Son origine est fort obscure.
Voici quelques variantes onomastiques (lexicologiques) que nous fournissent les documents : 

  • BRAINA – BRENNACUM
  • En 1060 : BRANIA
  • En 1070 : BRAINE LA WIHOTE
  • En 1150 : BRANIA, WILHOTA – BRENNA, WILHOTICA
  • Vers 1200 : BRAINE LA VILLOTTE
  • En 1280 : BRAINE

 

 Les premières traces recensées de Braine-le-Comte remonteraient au VIIe siècle. A cette époque, Saint Géry (Evêque de Cambrai, mort en 619) parcourt et stabilise la population. 
Au XIIème siècle cette localité était un village appelé BRAINE-LA-VILLOTTE.

Le Comte de Hainaut, Baudouin IV dit "le Bâtisseur", acquiert la ville en 1150 du chapitre de Sainte-Waudru, à Mons, il l'appela BRAINE-LE-COMTE.  Il la fortifie et débute la construction d’une tour. L’intérêt des comtes pour Braine fera de Braine la Wilote, Braine-le-Comte. Plus tard, son fils Baudouin V dit « le courageux » poursuivra l’œuvre de son père.

En 1424, la ville fut pillée et saccagée par les Brabançons.
En l'an 1583, elle fut prise d'assaut par les confédérés belges soulevés contre les Espagnols.

En 1652, le roi d'Espagne, successeur du Comte de Hainaut cède la ville de Braine-le-Comte à la Maison d'Arenberg en échange de la terre de Zevenberghen. Le duc d'Arenberg en possède la seigneurie et la juridiction ainsi que sa châtellenie qui comprend onze villages.

En 1677, le Duc de Villa-Hermosa, Gouverneur général des Pays-Bas, fit sauter le château bâti par le Comte du Hainaut, Baudouin IV et ses remparts, pour empêcher les Français de s'y retirer.
En 1815, elle fut le quartier général du prince d'Orange qui séjourna à Braine-le-Comte pendant 6 semaines. Il partit de cette ville pour se trouver en première ligne en face de Maréchal Ney, à l'attaque de Gimioncourt, aux Quatre-Bras.
Braine-le-Comte était en possession d'une charte-loi.
Braine-le-Comte a donné naissance à François DUBOIS (le docteur Sylvius – 1581-1649), qui a mérité du pape Benoît XIV, le titre de "Magni Nominis Theologus", théologien de grand renom, à cause de la clarté et la solidité de son enseignement. Il a écrit un commentaire très savant de la "Somme théologique de Saint-Thomas".

Pour des raisons de géographie et expansion économique, le chemin de fer arrive à Braine-le-Comte en 1841. Ce qui entraîne le développement de la Ville entre le centre médiéval et la voie ferrée.

Braine en quelques chiffres

  • La Ville couvre un territoire de 4.000 hectares y compris les villages de Ronquières, Henripont, Hennuyères, Petit-Roeulx et Steenkerque.
  • Le périmètre de la ville mesure environ 28 kilomètres.
  • Le seuil de l'église paroissiale s'élève à 84,53 mètres au-dessus du niveau de la mer.
  • La station géodésique (Bonhomme de Fer) culmine à 142,62 mètres.
  • Le point culminant de la route vers Henripont (Houssière) à 159 mètres.
  • 22.200 habitants en 2021.
     

Quelques informations sur la Ville

Ville de la Province de Hainaut, située sur la grand route reliant Mons à Bruxelles ; à 24 kilomètres de Mons, à 6 kilomètres de Soignies, d'Ecaussinnes et de Ronquières. Aujourd'hui, Braine-le-Comte appartient à l'Arrondissement judiciaire de Mons, Arrondissement administratif de Soignies et au Canton de Justice de Paix de Soignies, Doyenné de Soignies et Diocèse de Tournai.
Le sol est formé par des terrains variés, tels que plaines et coteaux, sol argileux et Bois de la Houssière où l'on extrait du sable employé dans la construction du bâtiment.

Concernant les limites géographiques :

Au Nord et Nord-Est : Rebecq, Hennuyères et Virginal
À l'Est et Sud-Est : Ronquières, Henripont et Ecaussinnes d'Enghien
Au Sud et Sud-Ouest : Naast et Soignies
À l'Ouest : Horrues et Petit-Roeulx 
 

Actions sur le document